Bon, je vous fais grâce de l'habituel roman-photo du déballage de la bête : trop pressé de contempler mon nouveau jouet, j'ai zappé l'étape vu que je n'avais pas mon Kodak V610 sous la main ! En googlant (je google, tu googles, il google, ...) un peu, vous devriez pouvoir trouver quelques clichés de déballage sur le Net : sur flickr, par exemple.
Allez, pour faire rapide : c'est bôôôô :-) mais aussi nettement plus encombrant que mon Alu12" :-/

MBP15" vs PWB12"

Première chose que j'ai faite : ré-installation complète de Mac OS X. Bien entendu, il était pré-installé sur le MBP mais il n'était pas partitionné en "case-sensitive" ce qui est important pour moi qui suis habitué à développer principalement sous Linux. Pour moi, le fichier toto.TXT n'est pas le même que le fichier toto.txt : ça peut sembler plus lourd, mais c'est surtout plus rigoureux, de mon point de vue en tout cas.

Ré-installation terminée, ça boote et booste, et l'utilitaire de mise-à-jour me signale que quelques upgrades sont disponibles : sans blague ?! ;-) En gros, 300Mo répartis en 10 fichiers à télécharger puis à installer : c'est que ça bosse dur chez Apple, l'été ;-) Reboot, donc !
À l'allumage, je teste à nouveau les mises-à-jour disponibles... Rebelote : 2 mises-à-jour (30Mo) m'attendent encore. Download & restart !

Cette fois, ça y est : le transfert entre mon (vieux?) PowerBook G4 et mon MacBook Pro va enfin pouvoir démarrer. Lors de l'installation de Mac OS X, j'aurais pu utiliser l'assistant de migration quand on me l'a proposé mais j'ai préféré le faire plus tard, pour pouvoir choisir moi-même les données à transférer. Pour transférer des données, le monde Mac offre une fonctionnalité très pratique : utiliser le disque de l'ancienne machine comme un disque externe. Pour cela, il suffit de connecter les 2 Mac via un câble FireWire (400 dans mon cas : l'Alu12" ne propose pas de FW800) puis de démarrer le Mac "esclave" en pressant la touche T jusqu'à ce que le logo FireWire apparaisse à l'écran : le disque esclave est alors automatiquement monté sur la machine maîtresse et est donc accessible sous /Volumes. Simple et bigrement efficace !

Je ne fais pas plus long pour ce premier post concernant mon nouveau MacBook Pro : d'autres billets suivront avec mes premières impressions, l'installation d'applications orientées développement telles que Perl, Apache2, mod_perl, etc., quelques trucs sur la configuration système, et peut-être également sur VMware Fusion. À suivre, donc...